Sélectionner une page

Ressources sur le Recyclage des impressions 3D thermoplastiques

La démocratisation de l’impression 3D, du particulier à l’industrie, bouleverse la chaîne de production. La fabrication additive permet la production à la demande, de la petite à la moyenne série, et ce localement. Aussi cette technologie est souvent décrite comme plus respectueuse de l’environnement.

Pour autant, la matière première utilisée par cet outil de production nouvelle génération est le plastique, sans doute le matériau le plus décrié à ce jour. Pourquoi ? Le plastique est principalement issu de ressources pétrolières, limitées et productrices de CO2. Le plastique se dégrade très lentement, infiltre les organismes vivants et pollue l’environnement de façon durable.

Comment une technologie basée sur un matériau devenu parmi les plus controversés au monde peut perdurer sans s’interroger sur le devenir  de ses productions ?

Chaque acteur de la chaîne, du fabricant à l’utilisateur, en passant par le distributeur et le prestataire d’impression, doit se questionner sur le devenir des pièces imprimées en thermoplastiques.

Comme de nombreux « déchets », il existe trois voies de fin de vie pour les impressions 3D : l’enfouissement, l’incinération et le recyclage.

A travers une série d’articles à venir, ce site traite du sujet du recyclage des objets imprimées en 3D à partir des thermoplastiques, particulièrement en France.

Un vase imprimé en 3D

Articles :

Le marquage des pièces imprimées en 3D

L’identification des matières à recycler est l’une des étapes primordiales et cruciales du processus de retraitement des matières plastiques.

Le marquage constitue un moyen très efficace d’identifier les pièces produites en matière plastique.

La règle des 5 R appliquée à l'impression 3D

Connaissez-vous la règle des 5R ?

Cet article propose une interprétation de la règle de 5 R appliquée à l’impression 3D : Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Rendre à la terre.